Activité de recherche clinique en 2018

Les protocoles de recherche clinique sont résumés dans le tableau ci-dessous.

93 patients ont été inclus dans un des protocoles actifs: 76 patients dans un des protocoles de la SAKK (dont 32 patients dans des protocoles de traitement, 44 patients (cancer de la prostate) pour des prélèvements sanguins et inclusions dans une banque de données de la SAKK (groupe suisse pour la recherche clinique) et 17 patients dans un protocole d’un autre sponsor, d’une firme pharmaceutique.

Nous remercions le personnel qui a permis ce travail de recherche. Le personnel de recherche clinique de l'oncologie médicale est resté stable durant l’année 2018:

Clinical trial coordinator et infirmière de recherche :
  • Mme N. Neuhaus*, datamanager, clinicial trial coordinator, taux d’activité 60%.
  • Mme L. Castella*, datamanager, clinical trial coordinator, taux d’activité 50%.
  • Mme E. Andrey, study nurse et clinical trial coordinator, taux d’activité 100%1
  • Mme P. Guntern, study nurse et clinical trial coordinator, taux d’activité 50%2
  • Mme M. Maître, clinical trial coordinator, taux d’activité 50%3
  • Mme J. Lutz*, clinical trial coordinator, taux d’activité 50%
  • Mme L. Folly Hayoz*, clinical trial coordinator, taux d’activité 50%

* postes financés par le produit de la recherche et par l’aide financière de la Fondation
1 Ce poste est financé par le HFR/Daler dans le cadre du centre de la prostate, Fribourg
2 Ce poste est financé par le HFR/Daler dans le cadre du centre de la prostate, Fribourg
3 Ce poste est financé par le HFR/Daler dans le cadre du centre du sein, Fribourg

Médecins (responsabilité de protocoles spécifiques)
  • Dr M. Küng, médecin adjoint: responsable des protocoles gastroentérologiques et urogénitaux, directeur du centre de la prostate.
  • Dr L. Rosset, médecin agréé: responsable des protocoles du cancer du sein, directeur du centre du sein HFR/Daler.
  • Dresse A. Efthymiou, médecin adjointe: responsable des protocoles des leucémies aiguës.
  • Dresse A. Bettini, chef de clinique: responsable des protocoles du cancer des poumons.
  • Dresses Mihaela Precup, Vérène Dougoud, Rahel Odermatt, Nadine Guitierres, Lucie Vignot et Adrienne Bettini, oncologues, investigateurs.
  • Dr Christoforos Astaras, médecin assistant.
Représentant du centre de Fribourg au conseil scientifique de la SAKK (Groupe suisse pour la recherche clinique sur le cancer):
  • Prof. Abdelkarim Allal, médecin chef du service de radiothérapie HFR.
Responsable du team de recherche en oncologie médicale du centre Fribourg:
  • Prof. D. Betticher, médecin chef à la clinique de médecine et responsable du service de l’oncologie médicale.

Cette équipe de recherche de Fribourg a déployé l’activité suivante en 2018:

Rapport annuel 2018 Page 04

Rapport annuel 2018 Page 05

Rapport annuel 2018 Page 06

En comparaison avec 2017, le nombre de patients fribourgeois inclus dans les essais cliniques durant l’année 2018 est resté stable. En raison des progrès en biologie moléculaire, les maladies cancéreuses sont classées dans un nombre croissant de sous-groupes, constitués de patients spécifiques et donc plus rares. En conséquence, notre petite équipe devra à l’avenir activer de nombreux protocoles pour l’inclusion d’un petit nombre de patients bien sélectionnés.

 Rapport annuel 2018 Page 07

Exemple d'un essai clinique: l’étude Merck, l’immunothérapie pour les patients souffrant du cancer du poumon.

L'anticorps monoclonal anti-PD-1 pembrolizumab a montré un profil de bonne tolérance et une activité antitumorale prometteuse chez les patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) n'ayant jamais été traité. KEYNOTE-042 est une étude internationale de phase III randomisée, ouverte dans de nombreux pays américains et européens, comparant l'efficacité et les effets secondaires du pembrolizumab à ceux de la chimiothérapie (carboplatine et paclitaxel), le traitement standard pour le CPNPC non-prétraité.

Les patients atteints d'un CPNPC en stade avancé, non-curables, sont traités soit par une chimiothérapie standard soit par l’immunothérapie (pembrolizumab). Les patients seront répartis au hasard 1:1 pour recevoir le pembrolizumab toutes les 3 semaines (Q3W) ou la chimiothérapie (carboplatine + paclitaxel). L’immunothérapie sera poursuivie pendant 2 ans. Les effets indésirables sont enregistrés tout au long de l'étude. Le critère d'évaluation principal est la survie globale.

Fig. 1: Le dessein de l’essai KN 042.

kn042

Nous avons à Fribourg évalué plus de 10 patients pour l’inclusion dans cet essai. Pour des raisons de critères d’inclusion/exclusion, 3 patients seulement ont été randomisés (l’expression du récepteur PD-L1 à moins de 50% a été un critère d’exclusion fréquent ne permettant pas aux patients de participer à l’étude, malgré leur consentement).

Les patients fribourgeois ont été randomisés dans le bras standard et ont reçu la chimiothérapie. Les résultats de cet essai ont été présentés au congrès américain ASCO en été 2018 et ont permis, avec les résultats d’autres essais randomisés, un changement de stratégie thérapeutique du cancer du poumon.

La survie globale, objectif primaire de cette étude, a été améliorée et prolongée de 7.8 mois en moyenne. Un sous-groupe de patient (30% des patients recevant l’immunothérapie) présentant un plateau sans rechute (situation stable de longue durée) est un résultat très prometteur (fig 2).

Rapport annuel 2018 Page 08

Par ailleurs, la thérapie par pembrolizumab est très bien tolérée et entraîne moins d’effets secondaires que la chimiothérapie. La qualité de vie des patients sous immunothérapie est meilleure comparée à celle des patients sous chimiothérapie.

Le centre d’oncologie de Fribourg est très fier d’avoir pu participer à cette étude multicentrique dont l’importance du résultat a entraîné une modification du traitement standard de 1ère ligne du cancer du poumon.